Ils ne sont jamais contents ! Sylvie est manageuse d’une équipe de 8 comptables dans l’industrie. Quand elle me raconte son premier confinement, elle me dit : au début quand on est passé en distanciel , j’ai d’abord uniquement réagi. Alors là, Alain, m’a reproché de ne pas assez m’occuper d’eux, de ne pas assez créer de lien, ne pas assez m’intéresser à lui. Pour m’adapter, j’ai mis en place des réunions café Teams : et là c’est Nadia qui m’a reproché d’être trop intrusive, de lui faire perdre son temps.

Comment créer le lien à distance ?

Je m’appelle Laurent Villemur je suis entraîneur en efficacité comportementale. J’aide tous ceux qui dépendent de l’action des autres pour avancer à susciter l’adhésion sans dépenser une énergie folle.

Le management à distance c’est une thématique vaste. Il faut changer son plan d’action managérial, adapter sa conduite de réunion, modifier sa conduite d’entretien … L’objectif de cette vidéo c’est de vous donner 1 idée ultra simple pour créer du lien à distance en 5 minutes sans être ni trop intrusif, ni trop distant.

L’enjeu auquel s’est confrontée Sylvie est que nous n’avons pas tous le même besoin en terme de relation . Ce que Walter Schutz appelle l’ouverture relationnelle. En 1952, la Navy demande à Walter Schutz psychologue . Quand il arrive 50% des équipages de la Navy sont efficaces. 20 ans plus tard, 75% des équipages de la Navy seront efficaces. Il découvre notamment que face à un groupe nous n’avons pas tous les mêmes besoins en termes d’ouverture relationnelle. Et que si nous besoins sont respectés, nous allons être efficace. Si nos besoins ne sont pas respectés, nous allons perdre en efficacité, et faire perdre le groupe en efficacité.

Quand je demande plus d’information à Sylvie elle nous dit : Alain ! Alors Alain il nous raconte toute sa vie. On connait ses hobbys. On sait combien il a d’enfants. Quels sont ses pépins de santé. Pour lui c’est open-bar ! Nadia ? Nadia par contre, elle met une barrière très stricte entre sa vie pro et sa vie perso. Pour elle c’est deux mondes différents. Je crois qu’elle a des enfants, mais je ne suis pas sûr. Pour Walter Schutz, Alain a une ouverture relationnelle haute et Nadia une ouverture relationnelle basse. Et c’est indiscutable. Si nous obligeons les Alains à arrêter de parler de leur vie privée. Alors, nous les stressons. Si nous obligeons les Nadias à parler de leur vie privée et à se livrer. Alors nous les stressons. Dans les deux cas, nous avons diminué l’efficacité du groupe et leur efficacité.

Au début Sylvie s’est centrée sur son contexte opérationnel et a posé des questions orientées travail et très ciblées. De type où en êtes-vous sur le dossier Dupont ? Quand est-ce que vous me rendez les analyses du dossier X ? Ça Alain, ça l’a stressé. Du point de vue de Schutz, il ne pouvait pas partager d’informations personnelles qui lui auraient permis d’être apprécié par le groupe. C’est donc un risque d’être rejeté. ces questions ne lui permettaient pas de parler assez de lui pour être accepté dans le groupe.

Ensuite Sylvie a fait volteface. Elle a posé des questions orientées sur le ressenti avec une ouverture très très large. De type : comment est-ce que vous vous sentez en ce moment, et pouvez-vous nous partager pourquoi ? Sélectionnez un émoticon émotionnel à nous partager tous les jours et dites-nous un peu pourquoi vous vous sentez comme ça ? Là c’est Nadia qui a stressé. D’après Schutz, ça l’a obligé partager des informations personnelles qui lui donnaient le risque d’être rejetée par le groupe. C’est donc stressant.
Pour créer du lien à distance et être ni top intrusif, ni trop distant. Je vous conseille de poser une question orientée ressentie et qui laisse à vôtre collaborateur le choix de parler pro, ou parler perso, de parler un peu ou de parler beaucoup. Comme ça, en fonction de son ouverture relationnelle, il pourra avoir une réponse qui sera confortable pour lui et se sentir en lien avec le reste du groupe.

Voici trois exemples de questions que vous pouvez utiliser au début de vos réunions pour créer du lien. Je vous invite dans vos commentaires à me partager les questions que vous utilisez. Ou, les réactions que vous aurez une fois que vous aurez posé ces questions. Partagez-moi comment vos équipes ont réagi, cela m’intéresse.
Quelle est votre météo interne aujourd’hui ? Vous allez voir que ceux qui ont une ouverture relationnelle forte vont vous raconter qu’en eux, c’est des bourrasques, c’est du soleil, parce que ça les fait penser à … et vont parler pendant 15, 20, 30 secondes. Ceux qui ont une ouverture relationnelle basse, eux, vont vous dire : ça va.
Deuxième question que vous pouvez utiliser : Si votre télétravail était un pays, alors quel pays est-ce que ce serait ? Là encore, ceux qui ont une ouverture relationnelle haute vont vous parler de leur ressenti avec le pays, vont vous partager qu’ils avaient passé des vacances superbes au brésil, ou qu’ils avaient eu plein de problèmes à Madagascar. Ceux qui ont une ouverture relationnelle basse vont vous dire : la France parce que c’est là que je travaille.
Troisième question que vous pouvez poser est : qu’est-ce que vous voulez partager avec les autres personnes de l’équipe de votre semaine qu’ils ne savent pas encore ?

Et ça, c’est la question que Sylvie a posée la semaine dernière à son équipe.
Alain a partagé qu’il avait beaucoup d’anxiété à la suite d’un échange assez violent au téléphone avec un de ses collègues. Et Nadia a partagé une nouvelle fonctionnalité de l’outil comptable qui permet de gagner du temps dans le traitement des données. Alain a trouvé que c’était très agréable de partager des choses privées. Nadia a apprécié le fait de partager quelque chose de pro sur son métier. Et Sylvie a trouvé que c’était très confortable que chacun mette le curseur là ou ça l’arrange et qu’elle n’est plus besoin de se fatiguer à passer d’un extrême à l’autre.

Truc important, si vous souhaitez que cette question puisse créer un lien, il faut qu’ils puissent répondre avec sérénité. Et donc, je vous invite, vous en tant que manager à être la dernière personne à répondre à la question. Surtout, ne donnez pas d’exemple de réponse attendue. Cela reviendrait à donner une injonction aux gens d’en dire beaucoup si vous donnez une réponse très fournie ou d’en dire peu si vous répondez en trois mots. Or ce que nous dit Schutz c’est laissons chacun s’adapter à son besoin. Ceux qui veulent partager beaucoup, partagent beaucoup. Ceux qui veulent partager peu, partagent peu.

Cet échange il va durer entre 5 et 7 minutes. Une fois que c’est fait, le groupe est créé. Votre lien est créé. Vous pouvez aborder les sujets opérationnels beaucoup plus efficacement.

Alors, laquelle de ces trois questions est-ce que vous allez utiliser ? Ou est-ce que vous allez en créer une nouvelle ? Comment vont-ils réagir ?

Je vous invite à tester, créer ce lien, ressentez la satisfaction d’avoir augmenté l’efficacité et le lien de votre équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *